Rechercher dans ce blog

jeudi 26 février 2015

Fashion Week de Milan : Gucci chaste et romantique



On se souvient de la femme Gucci selon Tom Ford, puissante et hyper sexualisée, ou de celle de Frida Gianini, confiante et flamboyante... C'est une toute nouvelle version que nous livre Alessandro Michele, fraîchement arrivé à la tête de la création de la maison milanaise dans le but de lui faire retrouver sa croissance, affaiblie depuis quelques mois. C'est une collection toute en poésie, en romantisme assumé et teintée d'inspirations vintage, en rupture totale avec les collections des saisons précédentes, que le nouveau directeur artistique a présenté ce 25 février, premier jour de la Fashion Week milanaise.




D'une douceur renversante, les créations de la collection inspirent une naïveté juvénile, entre poésie et séduction latente. Robes plissées à la longueur pudibonde, blouses lavallières en soie et fourrures aux allures bourgeoises, tailleurs pantalons aux coupes exagérées, manteaux d'inspiration militaire, c'est une collection FW 2015-2016 hétéroclite, empreinte de poésie que nous livre Alessandro Michele. Avec leurs bérets, bonnets de laine, grosses lunettes en écailles et mocassins à boucles, les mannequins prennent le temps d'un défilé à l'allure d'étudiantes ingénues, ou plutôt faussement ingénues, si l'on observe un instant la transparence des tops et blouses en dentelles qu'elles arborent candidement.




Si le glamour, élément phare de l'ADN de la maison, reste de mise, force est de constater que le créateur tend à remettre à l'honneur une certaine idée du romantisme, innocent et sincère, comme en témoigne la palette de couleurs et les imprimés employés : fleurs aériennes et motifs géométriques s'apposent sur des teintes vieux rose, mordorées, pastels poudrés, bleus-verts et rouges foncés. Un parti pris pour le moins détonant proposé par Alessandro Michele, et dont on devrait rapidement voir les retombées sur la santé financière de la maison.







from ABC Luxe http://ift.tt/1wjcKjb

via IFTTT

Aucun commentaire:

Publier un commentaire